Archives des articles


 

Mon fils dans les ligues majeures

Le père de Shane Victorino, joueur vedette des Phillies, médite sur ce qui se vit « à l’extérieur du diamant »

Le père d’un joueur de baseball de la Ligue majeure peut bénéficier de certains avantages, comme par exemple la fierté, le prestige, la célébrité, le droit de vantardise et beaucoup d’argent au sein de la famille. Une perspective particulière est cependant nécessaire pour voir au-delà de ces grâces terrestres et affirmer que la foi en Dieu et la nécessité de servir son voisin sont plus importants que la gloire et la fortune.

Shane Victorino

« Shane Victorino a excellé grâce à son dur labeur et son cran », d’affirmer son père.

Michael Victorino a inculqué ces valeurs à son fils Shane Victorino, le voltigeur des Phillies de Philadelphia, et il est fier que tout au long de la carrière professionnelle de Shane, celui-ci soit demeuré un homme de prière désireux de redonner à sa communauté.

À 30 ans, et à sa huitième saison dans la Ligue majeure, Shane a une moyenne au bâton à vie de .280 et a remporté le prix du Gant doré (Gold Glove) pour l’excellence au champ depuis les trois dernières années. Reconnu pour sa vitesse, son surnom est « L’Hawaïen volant », en référence à son État natal. Il avait été nommé joueur étoile de l’équipe durant la saison 2008, après qu’il eut frappé un grand chelem durant les séries éliminatoires de la Ligue nationale, permettant ainsi aux Phillies de remporter les Séries mondiales. Il mena également l’équipe aux Séries mondiales en 2009, au terme desquelles les Phillies ont cependant dû s’incliner devant les Yankees de New York.

Avant de subir une blessure à la cuisse droite en mai, Shane avait connu un bon début de saison. Son retour au jeu est prévu pour le début du mois de juin.

Michael Victorino

Le père de Shane, Michael Victorino, est le nouveau dirigeant des Chevaliers de Colomb de Hawaii.

« Même si je suis heureux lorsque les gens viennent à moi et me disent « Vous êtes le père de Shane » et même si j’apprécie voir mon fils performer et gagner, je sais qu’il y a des choses plus importantes » d’affirmer M. Victorino, qui vit à Wailuku, sur l’île de Maui à Hawaii. « Je suis très fier de mon fils lorsqu’il redonne. Il veut toujours venir en aide aux moins fortunés. Sa carrière au baseball prendra fin un jour, mais des opportunités de servir Dieu et son prochain lui seront toujours présentées. »

Fondation jeunesse

À cet égard, la plus importante manifestation découlant de la volonté de Shane de « redonner » s’est produite durant la mise sur pied de la Fondation Shane Victorino pour les jeunes démunis, à travers laquelle le joueur vedette a fait don de 900 000 dollars – de son propre argent – pour le Club des garçons & filles (Boys & Girls Clubs) de Philadelphie, afin de rénover un centre de loisir centenaire. Shane planifie également venir en aide aux jeunes d’Hawaii.

L’importance de redonner est aussi importante pour M. Victorino père. Conseiller municipal dans le comté de Maui, celui-ci s’est joint aux Chevaliers de Colomb il y a de cela 21 ans, afin de vivre plus profondément et activement sa foi catholique. Après avoir gravi les échelons de l’Ordre à Hawaii, il a été élu Député d’État cette année. « Si vous voulez demeurer engagé dans votre foi catholique et envers la charité, je crois que les Chevaliers constituent le meilleur véhicule », d’affirmer M. Victorino.

L’un des défis qu’il aura eu à affronter durant sa vie a été la découverte, en 1987, d’une tumeur qui s’était développée près de son cerveau. S’appuyant sur la prière, il est maintenant en rémission après avoir subi deux interventions chirurgicales. « Il y a eu un changement dans ma vie et dans mon attitude. Le Seigneur trace un chemin pour nous. Si le Seigneur guide et que nous suivons, le résultat est bon”, d’exprimer le nouveau Député d’État d’Hawaï.

À l’occasion de l’une de ses nombreuses visites à domicile pendant la saison morte, Shane en a profité – il y a de cela six ans – pour joindre les rangs du Conseil des Chevaliers de Colomb de son père, le Conseil 8578 Maui. Il a de cela trois ans, il s’est également marié en l’église St. Anthony de Wailuku. Son épouse Melissa et lui sont les parents de deux enfants.

« N’abandonne pas »

Comme se le remémore Michael Victorino, Shane a toujours excellé dans les sports, et ce, dès son premier botté de soccer ou son premier frappé au baseball. Il se distinguait toutefois des autres par sa concentration et sa détermination.

« Lorsqu’il était plus jeune, il détestait perdre et il ne pouvait pas comprendre comment quiconque dans son équipe pouvait ne pas partager cette disposition », se rappelle M. Victorino. « Pour certains, son attitude était perçue comme étant de l’arrogance ou encore de l’effronterie. Pour ma part, j’y ai toujours observé un désir de faire de son mieux, d’obtenir le meilleur de lui-même et de ses coéquipiers. »

Sous le soleil hawaïen, Shane participait à des sports de jeunesse tout au long de l’année. À l’école secondaire St. Anthony, il attira l’attention des recruteurs collégiaux et des dépisteurs professionnels. Il pouvait faire compétition dans deux sports la même journée, changeant parfois son uniforme de baseball entre les manches pour les shorts et souliers cloutés d’un évènement de piste.

Un jour du mois de juin 1999, il revint de l’école pour apprendre qu’il venait d’être recruté en sixième ronde par les Dodgers de Los Angeles et qu’on lui offrait une bourse d’études de l’Université d’Hawaii. La vie était belle.

Un soir, de se remémorer son père, Shane s’est dirigé vers sa chambre pour prier. Lorsqu’il en sortit, il déclara aux membres de sa famille qu’il avait décidé d’accepter l’offre des Dodgers et de jouer dans les ligues mineures, avec l’espoir de performer bientôt dans les majeures.

« Les gens observent les joueurs des ligues majeures dont la performance s’accompagne de prestige et de gros contrats. Mais, dans les ligues mineures, ils ne vous en offrent pas tant », d’affirmer son père. « Vous payez réellement vos dus et cela vous apprend à continuer et à ne jamais abandonner – si vous voulez réussir ».

À un certain moment, lorsqu’il a été rétrogradé du Triple A au Double A, Shane a téléphoné à son père pour lui dire qu’il souhaitait rentrer à la maison. L’ainé Victorino partagea alors avec son fils des paroles remplies de sagesse, s’inspirant de sa propre lutte contre le cancer: « N’abandonne pas ».

Shane s’est donc inspiré de ce conseil et, deux ans plus tard, il faisait son entrée dans les ligues majeures. Ce même conseil l’aidera certainement à nouveau alors qu’il surmonte sa blessure à la jambe et retourne dans l’alignement des frappeurs en juin. Comme le rappelle son père, Shane n’aime pas perdre.

(Crédit photographique – page d’accueil et ci-dessus: Getty Images/Miles Kennedy)