Défis Communs

À l’écoute de nos enfants

Quand notre enfant prend la parole, est-ce que l’écoutons? Peut-être lui prêtons-nous l’oreille, mais lui accordons-nous notre attention? Notre temps? Nous efforçons-nous d’écouter ce qui se dit vraiment?

Si tel n’est pas le cas, nous comme tant d’autres pères. Nous entendons mais nous manquons parfois d’écoute. Après tout, tant de messages nous atteignent, et nos enfants ne disent pas toujours ce qu’ils pensent. N’est-ce pas?

La bonne nouvelle c’est que nous pouvons dès aujourd’hui acquérir une meilleure capacité d’écoute. Non seulement auprès de nos enfants, mais aussi avec notre épouse et nos amis. Nous découvrirons que le cadeau le plus précieux que nous pouvons offrir à quelqu’un aujourd’hui même, c’est l’attention que nous lui accordons.

Le National Center for Fathering (Centre national de paternage) [www.fathers.com en anglais seulement] a effectué un sondage durant l’un de ses ateliers père-fille. Chaque fille devait compléter la phrase suivante et la remettre à son père: « J’aimerais que tu __________. »

Voici quelques-unes des phrases recueillies. (Attention, les papas: c’est peut-être votre enfant qui vous parle.)

• “« Je souhaiterais que mon père essaie de comprendre ce qui me tracasse, et d’être là quand j’ai besoin de parler avec quelqu’un, comme à un ami, et non à un parent. »

•« J’ai besoin qu’il m’écoute jusqu’au bout sans présumer ce que j’ai à dire… qu’il écoute avant de parler. »

•« J’aimerais qu’il prenne le temps de m’écouter sans parler, mais laisser lui livrer un secret caché en moi depuis longtemps. »

• “« Essaie de comprendre mon point de vue avant de me crier à tue-tête et par après d’être obligé de me demander pardon. »

• « Écoute quand j’ai besoin que tu m’écoutes. Il n’est pas nécessaire que tu connaisses tout le temps les bonnes réponses. Tu n’as qu’à être là pour moi. »

• « Ne parle pas; ne discute pas, fais seulement écouter. »

Peu nombreux sont les pères qui développent leurs talents d’écoute, pourtant c’est une habileté que nous devrions tous maîtriser. Comment nos enfants répondraient-ils, si nous leur demandions de compléter la phrase: « J’aimerais que tu ___________ »? Ne devrions-nous pas, à notre tour, passer à une petite enquête qualitative en leur demandant de la compléter cette phrase? Ou s’ils sont trop jeunes, demander l’avis de leur mère, de leurs enseignants ou d’autres personnes avec qui ils ont des rapports fréquents.

Pistes d’action

• Exerçons-nous à nous concentrer sur ce que dit l’enfant. Quand nous sommes sûrs qu’il/elle a terminé, reprenons ses propos en nos propres mots, afin de nous assurer que nous avons bien compris.

• Pendant que nous écoutons, manifestons une attitude non verbale qui démontre que nous sommes véritablement en mode écoute — un signe de tête, un sourire, un air surpris, un froncement des sourcils, etc.

• S'il s'agit d'un tout jeune enfant, plaçons-nous à son niveau pour qu’il sache que nous sommes tout à lui/à elle et disposés à l’écouter.