La famille pleinement vivante


 

Une vie orientée vers l’Église

La famille Barrios garde la foi au premier plan, malgré ses nombreuses occupations

par John Burger

La Providence a joué un rôle déterminant pour Darryl et Anne Barrios durant les 22 années de leur mariage. Bien que les bénédictions n’aient pas toujours été évidentes à certains moments, le couple contemple maintenant la présence de la main de Dieu dans leurs vies.

Ils songent notamment aux journées dévastatrices de l’ouragan Katrina. La méga-tempête qui frappa la Côte du Golfe il y a un peu plus de 10 ans, laissant derrière elle environ 1800 personnes décédées et des dommages matériels évalués à 108 milliards de dollars. C’est ainsi que les Barrios ont perdu leur maison située dans la paroisse St. Bernard à New Orleans, mais ils ont survécu ainsi que leurs trois jeunes enfants. Heureusement, des amis en Alabama ont invité la famille à demeurer chez eux, le temps que la Côte du Golfe se rétablisse.

Le cœur gros, la famille a donc plié bagage et pris la route du nord-est, pour découvrir qu’il leur était impossible de capter les émissions télévisées ou d’avoir le câble dans la région éloignée et montagneuse où ils habitaient. Il s’agissait cependant d’une bénédiction déguisée puisque les enfants étaient protégés du cycle continu des nouvelles au sujet de Katrina qui les auraient perturbés. Ils consacraient plutôt leur temps avec des chevaux et des chats, tout en pouvant gambader sur un vaste terrain.

Le passage de l’ouragan Rita qui suivit Katrina fit en sorte que la famille ne put rentrer à la maison avant deux mois. Mais les Barrios gardaient en mémoire une bénédiction reçue : la famille était toujours intacte.

Cela dit, Darryl devait avait veiller sur la famille des Chevaliers de Colomb, puisqu’il était Grand Chevalier du Conseil 5747 Archbishop Joseph F. Rummel à Chalmette, juste à l’extérieur de New Orleans. Muni d’un ordinateur portable et d’un téléphone cellulaire, il se mit donc à contacter chacun des 325 membres du Conseil, ainsi que les veuves et les Écuyers adolescents. L’exercice dura 6 mois mais il parvint à retracer 95% de la communauté des Chevaliers. Certains étaient de retour à la maison, d’autres avaient été déplacés. Tristement, quelques-uns étaient décédés des suites de la tempête, dont un qui succomba au stress.

« Ce sont des gens que je connaissais personnellement et dont je me souciais », affirma-t-il au quotidien local à l’époque. « Je voulais m’assurer qu’ils étaient sains et saufs. »

La famille déménagea ensuite à Houma, en Louisiane, et Darryl appartient maintenant au Conseil 13819 Immacolata. Lors du Congrès suprême 2015 à Philadelphie, la famille Barrios était finaliste pour le Prix de la famille internationale de l’année. Cet honneur fut une surprise pour Darryl.

« Je ne perçois pas que nous accomplissons quelque chose de spécial. Nous sommes simplement bien occupés », affirma-t-il. « Nous sommes impliqués à l’école de nos enfants, dans notre église, avec les Scouts et dans la communauté. Mais nous ne sommes pas comme ces gens qui mettent sur pied d’importantes fondations ou qui adoptent 10 enfants. Nous sommes simplement une famille dont les membres accomplissent beaucoup de choses ensemble et qui sont actifs dans la communauté. »

Anne est professeure de science dans une école secondaire. Darryl est agent de voyages. Ils se sont rencontrés durant leurs études à la Louisiane State University.

« Nous faisions tous deux partie de la fraternité universitaire Kappa Kappa Psi », d’expliquer Darryl. Ils se sont mariés en juin 1993.

Bien que leurs parents aient été en mesure d’assister à leur mariage, la mère de Darryl est décédée peu de temps après l’heureux événement, succombant à un cancer à l’âge de 48 ans. Ce fut un point tournant dans sa vie de foi et un autre moment providentiel.

Il se rappelle que « cela éveilla quelque chose en moi qui fit en sorte que je me suis dit ‘il doit y avoir plus que ce que je fais actuellement.’ C’est à ce moment que ma religion est devenue plus importante pour moi parce que je pouvais constater la fragilité de la vie et vous ne savez jamais quand ces choses peuvent se produire. »

L’année suivante, le premier enfant de la famille Barrios, Dylan, naissait. « Ces deux expériences de vie majeures furent l’élément déclencheur de ma décision d’être pleinement engagé dans ma foi », d’admettre M. Barrios.

Quatre ans après la naissance de Dylan, les jumelles Kathleen et Jennifer faisaient leur entrée dans la famille.

Aujourd’hui, les trois enfants sont impliqués au sein de plusieurs clubs et orchestres scolaires. Dylan, qui est maintenant âgé de 19 ans, travaille et retourne à l’université après une période d’absence des études. Appartenant maintenant à l’Ordre, il fut auparavant membre fondateur de son Cercle d’Écuyers, au sein duquel il servit d’ailleurs en tant que Chef-Écuyer.

Âgée de 15 ans, Kathleen étudie dans un pensionnat pour les jeunes surdoués, alors que sa jumelle, Jennifer, fréquente l’école secondaire locale et agit en tant que servante de messe.

Tous les enfants ont hérité du talent musical de leurs parents. Kathleen fait partie de la chorale de l’école et du chœur paroissial lorsqu’elle est à la maison. De son côté, Jennifer participe à des concerts et fait partie de la fanfare. La famille toute entière fait partie de l’orchestre communautaire de Houma-Terrebonne.

Les membres de la famille sont également actifs au sein de la paroisse. Darryl agit en tant que lecteur et siège sur le comité de la pastorale jeunesse, alors que Anne est impliquée au niveau de l’organisation des servants de messe, tout en offrant les cours de la CCD (Confraternity of Christian Doctrine) et du Rituel de l’initiation chrétienne des adultes (RICA). Elle est également une extraordinaire ministre de la communion.

« Bien que nous soyons extrêmement occupés en tant que famille, nous nous assurons de prendre le temps de prier », de préciser Darryl.

La famille est également active au niveau des activités pro-vie. Darryl et Anne sont le premier couple à présider le programme de la culture de la vie de leur Conseil.

« Nous avons organisé une campagne des bouteilles pour les bébés, afin de venir en aide au centre local de grossesses à risque », mentionne-t-il. « Nous les avons aidé à se procurer un appareil à ultrasons, un avant la mise sur pied de l’initiative des appareils à ultrasons. L’argent ainsi recueilli a permis au centre de grossesse d’être à la fine pointe. »

« Nous avons toujours été impliqués au sein de notre église et de notre communauté et les Chevaliers sont le type d’organisation qui nous permet de réunir toutes ces dispositions en un seul véhicule », d’ajouter Darryl.

John Burger est rédacteur aux informations de Aleteia.org.