POUR LE BIEN DES MÈRES

Secrets d’hommes mariés

par Scott Haltzmen, médecin

Selon une conception répandue, les femmes réussissent mieux leurs relations. Pas si vite!

Il est vrai que les experts en relations humaines et les étudiants en biologie de l’évolution maintiennent que les femmes sont douées de talents supérieurs, lorsqu’il s’agit de la gestion de la dynamique relationnelle.

Pourtant, examinons cet argument un peu plus attentivement. Les hommes ne peuvent-ils pas, eux aussi, maîtriser certaines habiletés relationnelles? Nous savons que les hommes sont passés maîtres dans les domaines des sciences, de la littérature ou du leadership comme en témoigne la cérémonie de remise des Prix Nobel, où ceux-ci dominent dans ces matières. Les hommes se démarquent également par leur excellence dans des disciplines comme l’architecture et l’art culinaire.

Serait-il donc si inconcevable de conclure qu’ils pourraient également maîtriser des habiletés dans le domaine relationnel? D’après mon expérience en thérapie conjugale, j’estime que les hommes possèdent une merveilleuse aptitude pour faire durer les relations. Le fait d’être doué d’un cerveau d’homme – et de talents pour la résolution de problèmes – constitue un avantage – et non un inconvénient – au niveau des relations humaines.

Il faut donc faire comprendre aux hommes à quel point ils peuvent réussir dans ce domaine.

Dès le départ, admettons toutefois que les hommes n’aiment pas s’investir autant que les femmes dans leurs relations.

C’est facile de concéder aux femmes les habiletés de la gestion du mariage. Pour ma part, j’aimerais bien pouvoir rentrer après une journée au boulot et observer que mon épouse, Susan, a bien mis en place tout ce qu’il faut pour que notre relation baigne dans l’huile.

Mais Susan peut bien être d’un autre avis! Moi, je travaille à rendre notre mariage meilleur parce que j’adore mon épouse et que je désire tout mettre en œuvre afin que ses rêves se réalisent. Mais ce n’est pas simple.

Les statistiques réservent pourtant quelques surprises à ce sujet. En effet, bien qu’elles se soient engagées, par le mariage, à demeurer avec leur conjoint quoiqu’il arrive, les femmes ont, au point de départ, plus tendance à réagir à des situations malheureuses.

Les femmes initient entre les deux tiers et les trois quarts de toutes les procédures de séparations et de divorces. Elles ont également plus tendance à exprimer leur mécontentement, en suscitant 80 pour cent des disputes domestiques et en critiquant leur conjoint.

On peut facilement comprendre que les femmes expriment leur mécontentement au foyer, puisque, traditionnellement et statistiquement, elles sont les maîtresses à bord. D’après Steven Nock, auteur du livre Marriage in Men’s Lives [Le Mariage dans la vie des hommes], la majeure partie des tâches ménagères et de la planification familiale incombent aux femmes. Il est donc justifié qu’elles expriment des préoccupations à cet égard.

Par contre, chaque grief que les conjointes déposent renvoie la responsabilité au mari. Instinctivement, les hommes évitent ces griefs en y réagissant plus ou moins et en se campant dans une position défensive. Quand le mari évite son épouse, la qualité du mariage périclite. Ne réussissant pas à répondre, le mari présume que sa femme est experte en relations humaines et lui répond sur un ton intempestif, ce qui alimente davantage le mécontentement du ménage.

Selon certaines statistiques, les maris arrivent à contrer le mécontentement de leur conjointe en devenant des sommités matrimoniales à leur tour. John Gottman, Ph.D., a découvert que les mariages s’avèrent une réussite lorsque les maris se gardent de réagir négativement aux préoccupations de leurs conjointes. Ces hommes augmentent d’autant leurs chances de vivre un mariage heureux en permettant de se laisser influencer par leurs conjointes. Ils reconnaissent une occasion où ils peuvent utiliser leurs habiletés « d’hommes » pour résoudre le problème. Ils abordent donc les difficultés conjugales comme ils traiteraient tout appareil ménager qui fonctionne mal, c’est-à-dire en le démontant et en le remontant.

Trop longtemps, le rôle de « bricoleur » a été pris en dérision chez les femmes. Les thérapeutes définissent comme une insensibilité aux questions plus profondes dont est affectée la relation cette approche selon laquelle il faut voir en tout problème une solution à trouver. Au fond et selon la culture populaire, les habiletés qui sont attribuées aux hommes sont inutiles lorsqu’il s’agit de relations conjugales. Ce qui est totalement faux.

C’est pourquoi j’ai établi un site Internet et une base de recherche consacrée à reconnaître les approches des hommes en matière de relations. Le tout, afin de rendre justice à la manière qu’ils emploient pour réussir leur mariage. Sur le site «SecretsofMarriedMen.com», les hommes partagent des intuitions confidentielles qui sont tirées de leurs expériences conjugales. (Notons que les femmes sont également invitées à s’y exprimer.) J’ai compilé les renseignements ainsi recueillis et les ai publiés dans The Secrets of Happily Married Men: Eight Ways to Win Your Wife's Heart Forever (Les secrets des hommes heureux en mariage: huit façons de gagner pour toujours le coeur de votre femme).

Mon livre est centré sur deux types de secrets. D’abord le secret qu’un mari cache à sa femme, non pas le secret trouble et lourd de l’avoir trompée ou d’un compte en banque outre-mer, mais plutôt une certaine retenue à vouloir partager avec son épouse les détails de ses pensées et de ses actions quotidiennes – qu’il s’agisse de questions conjugales ou autres.

Il se peut qu’il cache certaines stratégies romantiques (comme celui qui conserve des notes dans un journal électronique pour se rappeler de lui commander des fleurs à la fin de la semaine) ou des sentiments (de vulnérabilité, de honte). Ce sont des points de vue que les hommes ont appris, avec le temps, à garder dans leur for intérieur pour le plus grand bien de leur mariage.

Germain est un bon exemple de ce phénomène. Marié depuis trois ans seulement, il s’exprime ainsi: « Il m’est arrivé déjà de partager certaines réalités touchant mes problèmes avec mon épouse, dans l’attente qu’elle comprenne mieux d’où je viens. Soit que sa réaction n’a pas été sympathique ou encore qu’une dispute s’en est suivie. Réalisant alors que ma tendance naturelle est davantage centrée sur la réflexion que sur la parole, je constate que je préfère me taire. »

Parmi les secrets relevés dans mon livre, il y a aussi ceux que les hommes n’échangent pas entre eux. Par exemple, Victor confie maîtriser sa relation avec sa femme, sans toutefois aborder la question avec d’autres hommes mariés. « Les femmes cherchent à écouter et à comprendre et non à régler le problème. Je suis marié depuis 14 ans et j’ai survécu à plusieurs querelles avec le sexe opposé. Je n’ai jamais partagé mes techniques de survie avec quiconque. »

Traditionnellement, les hommes ne sont pas formés à manier des habiletés relationnelles. À quelques exceptions près, les revues pour hommes évitent d’aborder le sujet. On préfère nettement la recherche des abdominaux parfaits. Développer notre masse musculaire, nous assure-t-on, garantira que les jeunes filles nubiles seront éprises de désir pour nous.

Que faire cependant, une fois que nous sommes mariés? Portez attention aux revues et aux émissions de télévision destinées aux hommes et vous n’y observerez pas grand-chose sur la manière de devenir un homme marié heureux. Les relations engagées sont un peu plus compliquées que Maxim peut le laisser croire.

En lisant The Secrets of Happily Married Men, vous constaterez que les conflits ne sont pas la norme dans le mariage. Son contenu aide les hommes à trouver entre eux la manière d’aborder les problèmes maritaux. Ceux-ci parviennent donc à trouver des solutions.

Le Docteur Scott Haltzman a complété sa formation en psychiatrie et sa résidence à l’Université Yale. On peut consulter son site Internet www.secretsofmarriedmen.com

Prècèdent |