Patron des pères

Un bon père de famille

par Mgr Donald Wuerl

Du fait que Joseph était l’époux de la Sainte Vierge Marie, il a formé une famille avec elle. En tant qu’époux réunis pour échanger, devant témoins, leurs consentements au mariage, ils sont devenus dès lors une famille.

De par sa nature, le mariage est indissoluble et destiné à assurer l’appui mutuel entre époux. Dans une société où la vie familiale s’écroule et où l’ordre social s’effrite, les enseignements de l’Église sur l’indissolubilité du mariage et l’obligation des parents envers leurs enfants offrent une solution qui tombe à point.

Dans le plan de Dieu pour notre Salut, la deuxième personne de la Sainte Trinité devait devenir l’un de nous. Pour que cela advienne, Marie a mis au monde un enfant. Saint Joseph est alors appelé par Dieu pour servir la personne de Jésus-Christ et sa mission. Le tout, à travers la paternité.

Par conséquent, nous devons nous réjouir que saint Joseph, par son mariage avec Marie, fut intégré dans le mystère de la paternité spirituelle et devint un modèle du mariage, du soin porté à un enfant et qu’il ait contribué à faire de la Sainte Famille un modèle.

La famille est essentielle parce que c’est « la cellule originelle de la vie sociale» (Catéchisme de l’Église catholique, 2207). C’est la société naturelle où l’homme et la femme sont appelés au don d’eux-mêmes dans l’amour et le soutien mutuel. À partir de cette cellule originelle, la communauté humaine entière s’épanouit dans un ensemble de relations dont les limites s’élargissent sans cesse.

Mgr Donald Wuerl, archevêque de Washington, est l’auteur de plusieurs livres consacrés à la foi catholique. Le présent article est extrait du numéro de juin 2002 de la revue Columbia, la publication mensuelle des Chevaliers de Colomb.

Précédent | Suivant