Les Lectures des Mois Précédents

Émotions et l’âge d’homme

Réglons la question dès le début. Les vrais hommes pleurent – ou du moins ils le devraient, lors de certaines occasions et de certaines circonstances.

Votre mère meurt – vous pleurez. Si vous ne me croyez pas, faites confiance à un saint. Après le décès de Monica, la mère d’Augustin, celui-ci pleura de façon incontrôlable. Des amis chrétiens pieux lui dirent qu’un homme de foi ne devrait pas faire son deuil de cette façon parce qu’il reverrait sa mère lors de la résurrection. Les chrétiens ne font pas leurs deuils comme des païens, ils se confient.        

À son grand crédit, Saint Augustin n’en était pas d’accord. Comme humains, chrétiens ou païens, nous pleurons la perte d’un bien-aimé, a-t-il insisté. Nous ressentons cette peine qui nous afflige et cette perte dans nos vies. Nous ne sommes pas des anges; nous sommes chair et sang, et nous pleurons avec toutes les émotions de notre nature humaine reçue de Dieu. 

Cependant, il y a des questions plus importantes  comprises dans “Émotions et l’âge d’homme” que pleurer lors de circonstances extraordinaires. Comment les hommes doivent-ils faire face aux émotions ordinaires de chaque jour? Évidemment, nous ne voulons pas laisser les larmes couler au travail quand une grosse affaire ne marche pas et nous ne voulons pleurer devant nos enfants à la maison. Cependant, nous ne voulons pas emmagasiner toutes nos émotions à l’intérieur de nous et risquer une intensification soudaine ou un effondrement au pire moment possible. 

Que nous l’aimions ou pas, les émotions sont persistantes et trouvent toujours le moyen de se faire connaître. L’important, c’est d’apprendre à les contrôler quand nécessaire, à les diriger vers des débouchés positifs et à les exprimer selon des manières appropriées. Ce n’est pas une tâche facile, surtout quand l’on enseigne aux garçons, dès leur jeune âge, de sécher leurs larmes et de s’endurcir.  

De toute façon, vous ne voulez pas que vos émotions contrôlent votre vie – en étant incapable de les contrôler ou en les reniant jusqu’au point où vos émotions ont un pouvoir destructif inconscient sur vous.  L’idéal, c’est de mettre vos émotions  sous l’œil vigilant de la raison, tout en étant assez raisonnable pour exprimer vos émotions d’une manière saine.

Pour y arriver, il faut une balance délicate, un sens du soi-même et beaucoup d’humour. 

La colère et le pardon

Le docteur Richard Fitzgibbons, un psychiatre et thérapeute familial catholique, offre une quantité de ressources qui peuvent aider un homme à mieux se connaître et à s’assurer que la raison (plutôt que l’impulsion) contrôle les émotions. 

Pour l’homme, l’émotion la plus puissante et la plus destructive peut être la colère – la colère par rapport à d’anciennes peines, des méfaits parentaux, des insécurités d’adolescents ou des échecs d’adultes. Nous pouvons être en colère envers nos parents pendant bien des années après être devenus adultes et cette colère peut nous ronger et ruiner nos vies en redirigeant cette colère vers d’autres personnes, telles que notre épouse et nos enfants, notre patron et nos subalternes.

Le docteur Fitzgibbons, ainsi qu’une nouvelle école de psychiatrie, enseigne le pouvoir guérisseur du pardon. La bonne vieille vertu de pardonner ceux qui nous ont blessés – même si nous ne rencontrons jamais cette personne – peut être libérant psychologiquement et vivifiante émotionnellement. 

La sagesse, évidemment, vient de Jésus, qui nous a dit d’aimer nos ennemis, de prier pour ceux qui nous ont blessés, de pardonner à ceux qui nous ont nui et de “faire pour les autres tout ce que vous voulez qu’ils fassent pour vous” (Matt 7.12).   

Pour plus de conseils et de perspectives sur ces questions très émotionnelles, consultez ces liens sur le site Internet du docteur Fitzgibbons qui se nomme ‘Martial Healing.’ Vous trouverez peut-être utiles les sondages qui vous aideront à explorer vos questions émotionnelles et à identifier les aspects sur lesquels vous pourrez travailler.

"Sans le pardon, l’on demeure prisonnier de son passé," Pape Jean-Paul II.

Renfermé émotionnellement

“L’homme ne peut se trouver excepté par le don sincère de soi-même,” Deuxième Concile du Vatican.

L’anxiété

“N’ayez pas peur!” Pape Jean-Paul II

Dépression