Lecture du mois

Des pères qui aiment, des fils bien-aimés

Les Lectures des Mois Précédents

 

par l’abbé Phillip Chavez

 

Le ministère que j’exerce à plein temps auprès des hommes m’a appris que ceux-ci luttent pour découvrir leur identité. Cette « crise d’identité » provient, la plupart du temps, de leur lutte pour se considérer comme les fils bien-aimés de leurs propres pères.

Il en résulte que ces hommes souvent n’arrivent pas à transmettre un sentiment d’être aimé à leurs propres enfants. Cette lacune d’identité filiale réprime aussi l’habileté des pères à élever leurs jeunes dans un esprit de confiance et d’aplomb.

Afin de rompre ce cycle négatif entre pères et fils, il faut absolument qu’une identité filiale forte soit restaurée chez les chrétiens, leur permettant de devenir les pères aimants et sans inquiétudes que le Seigneur les appelle à être.

Commençons par le commencement

L’identité d’un homme se trouve le plus pleinement possible dans la personne de Jésus Christ. Il se présente comme l’homme à imiter puisque chez lui se trouvent à l’état de perfection toutes les qualités de la virilité.

Cette affirmation peut sembler étrange au premier regard, parce que Jésus n’a jamais parlé de lui-même comme étant « père ». Il s’est plutôt dit « fils » en relation très étroite avec son Père du ciel, et c’est fort de cette identité filiale qu’il remplira sa mission.

Pourtant, Jésus manifeste des traits de bon père. Il est un chef, à la fois un homme de compassion et de vigueur, qui en appelle d’autres comme membres de sa famille. Il les instruit, les alimente, les aime et il mourra pour eux, leur faisant don d’une vie nouvelle.

D’après les Évangiles, il est clair que Jésus procède ainsi parce qu’il porte en lui l’image du Père. Parce qu’il est aimé du Père, que Jésus peut aimer comme un père. Car après tout, un homme ne peut transmettre ce qu’il n’a pas. Si un père peut trouver en lui-même l’identité d’un fils bien-aimé, alors il pourra transmettre cette identité à son propre fils.

Ci-dessous, je résume certains aspects clés pour démontrer le type de relation que le Divin Fils a vécue avec son Père céleste.

Jésus Christ nous indique « la voie à suivre »:

• en demeurant en communication constante avec le Père, et en permettant que le Père communique avec lui en retour;
• en accomplissant la volonté de son Père, en étant fidèles aux commandements et à la mission qui lui est confiée;
• en glorifiant le Père dans ses actions et ses paroles, permettant ainsi que s’illumine en lui la gloire du Père.
Examinons chacune de ces réalités:

Communications avec le Père

Jésus a vécu sur cette terre en constante communication avec son Père céleste, jouissant non seulement en pleine conscience de sa présence, mais également dans sa pleine vision. À cause de nos limites humaines, nous ne pouvons pas nous attendre à jouir de cette pleine vision sur terre. Par contre nous devons tendre vers une communication ouverte avec le Père.

Quant à nous, pour pénétrer le secret de cette communion, c’est en tant que fils qu’il faut nous ouvrir au dialogue avec le Père. Il revient au Père d’entamer la conversation – il ne nous reste qu’à calmer nos cœurs et à écouter.

Aussi, un père terrestre doit-il entreprendre de communiquer avec son fils, exigeant seulement que le fils lui ouvre son cœur et son esprit. Un père aimant se rend à la rencontre de son fils, même quand celui-ci s’est égaré.

Accomplir la volonté du Père

L’accomplissement de la volonté du Père a servi à orienter la vie du Christ. L’objectif de la communion avec le Père c’est non seulement de le connaître le Père, mais aussi de suivre ces commandements. C’est ainsi qu’on arrive à trouver la paix et la satisfaction promises.

Jésus dit: « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie » (Jean 15, 9-11).

Même s’il est vrai que le Père céleste exige souvent des tâches difficiles, notre foi pourtant nous convainc que le Père nous accompagne pour nous guider et nous accorder les forces nécessaires pour sa mission.

Ce fut l’épreuve à laquelle Jésus fut soumis sur le chemin du Calvaire et c’est également l’épreuve à laquelle tout chrétien, même si elle implique la mort, est soumis en obéissance au Père.

Ce qui est redoutable dans chacune de nos vies, c’est de s’en remettre à Dieu pour qu’il vienne à notre secours dans la pire des épreuves. Le Christ, dans son chemin de la croix, nous fournit l’exemple à suivre et le Père la force nécessaire pour le suivre.

À l’œuvre pour la plus grande gloire du Père

Finalement, lorsque nous marchons dans les pas du Seigneur, nous avons à le faire non pas pour nous, mais pour la gloire du Père céleste.

Sur le plan spirituel, tout homme souhaite vivre pour obtenir la faveur et la l’approbation de son père comme nous le rappellent éloquemment les paroles de Jésus: « Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’oeuvre que tu m’avais confiée » (Jean 17, 4). Tout homme est conscient qu’il existe une exigence qui le dépasse et qu’il doit accomplir. Quelle que soit la mission, elle provient du Père et c’est lui qui en est exalté une fois qu’elle est accomplie.

L’approbation du Père

Nous trouvons le bonheur dans la mesure où nous sommes associés au Père, intimité qui apporte la paix, le sens de la mission et notre identité – la force requise pour vivre nos vies d’hommes et de pères.

Tous les hommes ressentent profondément en eux le besoin d’être approuvé par leur père, pour pouvoir avancer jusqu’à la maturité et vivre vraiment. Au cours de notre route humaine, nous avons besoin d’entendre les paroles que le Christ a reçues, paroles que chaque homme aspire à entendre: « C’est toi mon Fils bien-aimé; en toi j’ai mis tout mon amour » (Marc 1, 11).

L’abbé Phillip Chavez, prêtre de la Société Notre-Dame-de-la-Très-Sainte-Trinité, est le fondateur d’un ministère de préoccupations pour les hommes, aidant les hommes à comprendre leur identité et leur cheminement d’hommes.