L'épidémie de la 'blessure du père'

Il y a eu bien des livres et des conférences sur la 'blessure du père' et plusieurs d'entre nous avons une idée de ce que le terme signifie. Mais comment en apprenons-nous plus sur le sujet et que devrions-nous faire si nous avons cette 'blessure'? 

Père pour bien faire a discuté avec Dr Richard Fitzsimmons, un psychiatre catholique qui dirige le 'Martial Healing Institute' et qui avance qu'il y a une épidémie de 'blessures du père'. 

Pères pour bien faire : La ‘blessure du père’ est-elle un terme clinique ou un terme descriptif qui couvre plusieurs questions psychologiques?

Dr Fitzgibbons: Même si le terme ‘blessure du père’ n’est pas un terme clinique reconnu officiellement, il est utilisé par de nombreux professionnels en santé mentale pour identifier les origines de nombreux conflits émotionnels et comportementaux chez les conjoints, les célibataires et les enfants. Ces difficultés peuvent être le résultat d’un manque d’une relation solide, affective et de soutien avec un père responsable ou avoir comme résultat d’imiter les faiblesses principales du père comme l’égoïsme, la colère excessive, des comportements distants émotionnellement ou l’indifférence envers la foi et de répéter celles-ci.  

Heureusement, plusieurs hommes ont eu une relation avec un père qui était fort, ferme, sérieux et digne de confiance et qui était le protecteur de leurs vies émotionnelles et spirituelles. 

PPBF:  Quelles sont quelques-unes des difficultés que l’on peut voir en ceux qui ont ‘la blessure du père’?  

Dr Fitzgibbons: Ne pas recevoir l’affection et l’encouragement d’un père engendre la tristesse, la colère, le manque de confiance et l’anxiété ou la méfiance qui peuvent apparaître à n’importe quel moment de la vie. Par exemple, les couples mariés peuvent devenir malheureux parce que la tristesse de leur enfance n’a jamais été résolue et est inconsciemment mal dirigée avec de la colère vers son conjoint. Ce conflit a contribué à la culture du divorce actuelle.

PPBF: Avec 40 pour cent des familles sans un père résident, diriez-vous que la ‘blessure du père’ est une épidémie?   

Dr Fitzgibbons: Oui, la ‘blessure du père’ est une épidémie majeure chez les enfants et les jeunes adultes de cette culture à cause des nombreux cas de divorces et de l’explosion des naissances d’enfants nés en dehors du mariage qui constitue 40% des naissances dans ce pays. Il est important de comprendre que plusieurs chercheurs ont clairement identifié un lien direct entre la mentalité de la contraception et le divorce et les naissances en dehors du mariage.  

La mentalité contraceptive a miné la confiance maritale, la générosité, le sacrifice de soi et l’amour et a joué un rôle primordial dans l’épidémie de l’égoïsme décrit dans un nouveau livre,  ‘The Narcissism Epidemic: Living in an Age of Entitlement’. Cet égoïsme engendré par la mentalité contraceptive a affaibli les pères catholiques par des hommes qui n’ont plus la foi d’élever une famille de quatre et cinq enfants.

De sérieux problèmes tels qu’une colère excessive au foyer, à l’école et dans la communauté, une performance académique pauvre, des difficultés à faire confiance, l’abus des drogues et des troubles de nature dépressive et d’anxiété,  naissent aujourd’hui chez les jeunes qui grandissent sans la présence d’un père. 

PPBF: En clinique, comment vous y prenez-vous avec quelqu’un qui démontre de la colère, de l’hostilité ou d’autres émotions négatives vis-à-vis du père? 

Dr Fitzgibbons:  Nous encourageons les gens d’essayer de voir d’abord la bonté chez leurs pères et d’être fidèle envers cette bonté. Ensuite, nous recommandons d’essayer de comprendre les divers stress dans la vie d’un père et de considérer de lui pardonner ses faiblesses. Sans le pardon, selon les paroles de Jean-Paul II, un individu demeure prisonnier de son passé. Aussi, un homme ne peut pas entretenir de la haine envers son père et avoir une confiance mâle en santé, car chaque homme s’est modelé d’après son père. De plus, de la colère non-résolue envers un père augmente la chance de répéter ses faiblesses et non ses forces.

Les faiblesses dans la confiance et la tristesse mâles peuvent être résolues en s’épanouissant dans la foi tout en appréciant que les talents du mâle lui ont  été d’abord donnés par Dieu et que celui-ci a toujours eu un autre père affectueux lors de chaque étape de sa vie en Dieu le père et l’image de son amour, saint Joseph.     

PPBF: Sur une base non clinique, pour l’homme moyen, que conseilleriez-vous à un individu pour a affaire avec une attitude négative envers le père? 

Dr Fitzgibbons: Encore une fois, pardonner à nos pères les blessures antérieures est efficace ainsi que le corriger s’il fait actuellement quelque chose qui lui fait mal. Par exemple, certains jeunes pères ont discuté avec leurs pères comment déçus, ils sont avec eux pour leur abandon au catholicisme de cafétéria. En même temps, il peut être bénéfique de demander à un père de le pardonner pour les fois que ce dernier leur a fait du mal.  

Des attitudes négatives envers un père peuvent aussi diminuer en étant reconnaissant pour les nombreux talents du père reçus de Dieu, les forces et les habiletés du caractère.    

PPBF: Comment la “crise dans la paternité” affecte-t-elle les mariages, les relations mâles-femelles et les enfants (la prochaine génération)?     

Dr Fitzgibbons: La crise dans la paternité, surtout chez les enfants du divorce, a engendré de sérieux problèmes dans notre culture; c’est pourquoi le Catéchisme de l’Église Catholique fait référence au divorce comme un fléau. Nous assistons à un manque de confiance envers le sacrement du mariage jumelé à un égoïsme épidémique qui a comme résultat qu’environ 80% des jeunes couples catholiques cohabitent avant le mariage. Cette réalité est vraiment une crise, car nous savons que 75% de ceux qui cohabitent divorceront.    

La prière, Ite ad Joseph, “Allez vers (St) Joseph”, peut aider les pères catholiques pendant ces temps difficiles de stress et de préoccupations économiques intenses, de l’écrasement de la moralité et de l’hostilité grandissante envers la foi catholique et tout ce qui est sacré par la dictature grandissante du relativisme. 

De nouveaux programmes pastoraux sont nécessaires dans l’Église pour aider les hommes catholiques dans leurs rôles de pères afin qu’ils puissent protéger le sacrement du mariage, les familles, les enfants et pour rendre plus forts les autres hommes comme le recommande saint Paul… “quand tu seras revenu à moi, fortifie tes frères” (Luc 22.32).   

Voici le texte de la “Prière à saint Joseph” 

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et après avoir imploré le secours de votre très sainte Épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage. Par l'affection qui vous a uni avec la Vierge Immaculée, Mère de Dieu ; par l'amour paternel dont vous avez entouré l'Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l'héritage que Jésus-Christ a acquis de son sang et de nous assister de votre puissance, de votre secours dans nos besoins.

Protégez, ô très sage Gardien de la divine famille, la race élue de Jésus-Christ ; préservez-nous, ô père très aimant, de toute souillure d'erreur et de corruption ; soyez-nous propice et assistez-nous, du haut du ciel, ô notre très puissant Libérateur, dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres, et de même que vous avez arraché autrefois l'Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd'hui la sainte Église de Dieu des embûches de l'ennemi et de toute adversité. Accordez-nous votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par votre exemple et votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du ciel. Ainsi soit-il.