Lecture du mois



Les Lectures des Mois Précédents

Comment garder vos enfants catholiques?
Par Père John A. Hardon, S.J.

Examinons cette question importante en posant trois questions : pourquoi, quoi et comment?

Pourquoi?

D’après moi, aucun fidèle catholique n’a de doutes des raisons pourquoi nous devrions discuter de garder nos enfants catholiques. La perte très répandue de jeunes catholiques à la vraie foi est sans précédent dans l’histoire chrétienne. Des millions d’adolescents et de ceux qui sont au début de la vingtaine abandonnent l’Église catholique dans l’un ou l’autre des pays soi-disant développés. 

Je n’oublierai jamais le souper que j’ai eu avec un père et une mère catholiques qui m’ont dit avec tristesse que leur septième enfant venait d’abandonner l’Église. Tous les sept enfants avaient reçu une éducation catholique, au grand sacrifice de la part des parents.

L’expérience aux Etats-Unis s’est répété en Europe. Des jeunes gens de l’Angleterre, l’Allemagne, la France, l’Espagne et l’Italie abandonnent en foule l’Église de leur héritage catholique.

 

Quoi?

Quelle est  la cause de ce tragique phénomène? Pour commencer, permettez-moi de dire que personne ne perd la foi catholique. Selon l’enseignement infaillible de l’Église, une personne qui a été baptisée catholique et qui a appris au moins les éléments de base de sa religion ne perd pas la vraie foi. Nous devons dire qu’une telle personne abandonne la foi. En autres mots, abandonner la foi catholique implique un élément de culpabilité.

Deux faits sont à la base de cet enseignement. La raison ne permet à personne de justifier son abandon de l’Église catholique. Il n’y a pas de raison rationnelle qui permette d’abandonner son engagement catholique.  De plus, Dieu ne manque jamais par Sa grâce de préserver la foi qu’Il nous a donnée à un moment donné et que nous avons professée. 

 

Comment alors expliquer le déluge de départs de tant de jeunes gens de leur héritage catholique? Seulement Dieu connaît la raison finale. 

Mais nous pouvons au moins dire ceci. Les médias modernes de communications, selon les paroles de Marshall McLuhan, "sont engagés dans une conspiration satanique contre la vérité."

Depuis l’enfance, les enfants sont exposés à tous les moyens de communications. Les maîtres de la communication ne sont pas les amis de la chrétienté. En fait, la plupart d’entre eux sont ouvertement hostiles aux enseignements du Christ et, avec une insistance retentissante, aux enseignements de l’Église catholique romaine.   

Pour ajouter à ceci, les jeunes gens, depuis leurs premiers jours, sont exposés aux bonnes choses de ce monde à un niveau jamais connu avant dans l’histoire humaine.  Le dictionnaire définit ‘absurdité’ comme tout ce qui est insensé, qui ne peut être perçu par les sens.  Selon ces termes, l’âme humaine, les anges et les saints, même Dieu Lui-même, sont des absurdités. La prière devient donc une pratique pieuse de personnes qui vivent dans un monde irréel.

Comment?

Nous revenons à notre première question : Comment garder vos enfants catholiques?

Pour garder vos enfants catholiques :

1. Soyez un vecteur de grâce pour eux.
2. Priez avec eux et pour eux tous les jours.
3. Entraînez-les à comprendre ce qu’ils croient.

Vecteur de grâce.  Dans Sa providence ordinaire, Dieu communique Sa grâce par d’autres personnes. Il utilise des chrétiens croyants comme vecteurs de Sa grâce de la foi pour les autres. Il utilise des chrétiens charitables comme vecteurs de Sa grâce de charité envers les autres. Il utilise des chrétiens de confiance comme vecteurs de Sa grâce d’espoir aux autres. Il utilise des chrétiens pieux comme vecteurs de Sa grâce de prière aux autres. Il utilise des chrétiens chastes comme vecteurs de Sa grâce de chasteté aux autres. Il utilise des chrétiens patients comme vecteurs de Sa grâce de patience aux autres. 

Que disons-nous? Nous disons que la manière la plus fondamentale et la plus importante avec laquelle les parents peuvent garder leurs enfants catholiques est que les parents eux-mêmes doivent être authentiques, et je veux dire des catholiques authentiques eux-mêmes. 

C’est plus que montrer un bon exemple. C’est le mystère de servir comme un intermédiaire de la grâce de Dieu à tous ceux dont la vie nous touchons.

Il n’y a personne sur terre qui est un vecteur de grâce plus important et indispensable aux enfants que leurs parents.

Dieu effectue des miracles. Mais, à moins que les parents s’attendent que Dieu fasse un miracle, ils doivent vivre  eux-mêmes une vie réellement et pleinement catholique s’ils s’attendent que leurs enfants demeurent catholiques dans le monde d’aujourd’hui.

Priez avec et pour les enfants. Il n’y a aucun mot qui puisse décrire la nécessité d’une famille à prier ensemble afin d’obtenir les bénédictions de Dieu.

Au cœur d’une famille chrétienne se situe cette vie surnaturelle qui requiert pour la maintenir une lumière et une force constante.

L’énoncé bien connu du Père Peyton, "La famille qui prie ensemble demeure unie," n’est pas un cliché pieux. C’est le résultat de 20 siècles de chrétienté. 

Quelques recommandations pratiques : récitez ensemble le chapelet, si possible, tous les jours; récitez l’Angélus ensemble au moins une fois par jour; dire le bénédicité en famille avant et après les repas; placez un bénitier d’eau bénite près de la porte d’entrée pour que les gens puisse se bénir en entrant à la maison; montez dans la maison un petit sanctuaire dédié à la Vierge; placez un crucifix et quelques portraits sacrés sur les murs. 

Chacune des recommandations ci-dessus faisait partie de la manière que je fus élevé depuis l’enfance par ma mère qui était veuve.

Entraînez les enfants à comprendre leur foi. C’est une chose de croire; c’est autre chose de comprendre ce que nous croyons. Il n’y a pas de choix dans le monde actuel dominé par la sophistication académique. Il faut soit comprendre notre foi ou on la perd.

Il n’est pas suffisant que les parents fasse apprendre aux enfants leurs prières et mémoriser certains articles de foi. Les enfants doivent grandir dans leur foi. Les parents doivent expliquer la signification de ce que croient leurs enfants. Les enfants posent des questions dès l’enfance sur "Qui est Jésus? Où est Dieu? Dieu sait-il ce que je pense? Pourquoi devrais-je prier si Dieu connaît déjà ce dont j’ai besoin?"  

De plus, les enfants sont maintenant exposés à toutes sortes de confusions. Un prêtre dit une chose, un autre dit quelque chose tout à fait le contraire.

Les enfants ne grandissent pas seulement au niveau de la taille et du poids. Ils grandissent en intelligence. Les parents doivent s’assurer que leurs fils et leurs filles deviennent matures non seulement au niveau du corps, mais aussi, et surtout, au niveau de l’esprit.

Dans l’évangile de Saint Mathieu, notre seigneur donne la parabole du semeur qui est allé semer, toutes de bonnes graines, mais pas toutes dans un bon sol. La première graine est tombé sur le bord de route.  Immédiatement, les oiseaux du ciel ont descendu et ont ramassé la graine qui reposait sur le sol dur. La graine n’a donc produit aucun fruit. 

Quand Jésus a expliqué la signification de cette parabole, Il raconta à Ses disciples que la graine qui est tombé sur le bord de la route symbolise ceux qui ont reçu les paroles de Dieu dans leurs cœurs, mais ne réussissent pas à les comprendre. Donc, qu’est-ce qui se produit? Le diable arrive et vole les paroles de Dieu qui habitent leurs cœurs. 
 
Évidemment, vous les parents devez vous-mêmes comprendre ce que vous croyez si vous devez expliquer à vos enfants la signification de leur foi.

Prière de clôture

Permettez-moi de terminer avec une courte prière : "Marie, Mère de la Sainte Famille, obtenez, pour nous, de Jésus la lumière que nous avons besoin pour garder nos enfants dans la foi catholique. Demandez à votre Fils de nous donner la force nécessaire pour conduire nos familles au ciel, aux bras du Dieu miséricordieux de qui ils sont issus. Amen."
Copyright © 1998 Inter Mirifica
www.therealpresence.org

Cet article est adapté avec permission d’une causerie donné par l’éminent théologien, le Père John Hardon, qui est décédé le 30 décembre 2000.