Comment vais-je demeurer fort à l’université cet automne?

(Réimprimé avec la permission de www.chastity.com, un site Internet de Catholic Answers.)

Comme vous le savez, quand vous arrivez à l’université, il n’y aura pas personne à l’institution pour vous tenir la main et vous amenez à l’église. Il n’y aura personne pour choisir vos amis ou vous dire quand entrer à la maison le vendredi soir.p>

C’est donc l’occasion d’avancer vivement en maturité spirituelle ou de s’en éloigner. La décision dépend de vous. Ayez cependant confiance! Saint Julien de Norwich disait: Dieu “n’a pas dit: Vous ne serez pas inquiets, vous ne serez pas tentés, vous ne serez pas affligés. Mais il a dit: ‘Vous ne serez pas vaincus.’”

Pour vous aider à demeurer fort, voici quelques conseils à ne pas oublier:

Trouvez de bons amis. C’est peut-être la meilleure stratégie pour demeurer fort à l’université. Si vous étudiez la vie des saints, vous découvrirez que de nombreux saints étaient amis avec d’autres saints. À l’université, saint François Xavier était le camarade de chambre de saint Ignace de Loyola.  Sainte Claire et saint François étaient de grands amis, ainsi que saint Jean de la Croix et sainte Thérèse d’Avila.

Vous pouvez penser, “C’est bien, mais je ne pense pas que quelqu’un sur mon campus va être bientôt canonisé saint.” Quoique cela soit probablement vrai, cela ne devrait pas vous arrêter de trouver des amis qui vous aideront à devenir complètement vous-même.

Aux universités réellement Catholiques, ceci est une tâche facile. Cependant, la plupart des universités ne sont pas exactement débordantes d’étudiants qui apprécient la vertu de la chasteté. Cela signifie que vous aurez sans doute à faire de la recherche. Impliquez-vous avec le Centre Newman, les ministères du campus ou des choses comme ça afin de trouver des étudiants qui pensent comme vous.

Plusieurs campus, tel que Harvard et Princeton, ont des clubs de chasteté gérés par des étudiants et que vous pouvez joindre. Si le vôtre n’en a pas un, n’ayez pas peur d’en commencer un. Trouver de tels amis n’est pas toujours une tâche facile, mais cela en vaut toujours l’effort.

Trouver de bons amis signifie également parfois refuser l’opportunité de côtoyer ceux qui constitueront un défi pour votre moralité. Quand vous arrivez sur le campus, vous recevrez sans doute des invitations à assister à des fêtes pendant la semaine d’accueil à l’université, durant laquelle les associations fraternelles d’étudiants font du recrutement de nouveaux membres. La plupart de ces rassemblements sont comme des fêtes d’étudiants du secondaire, avec la différence étant que les parents ne sont pas là pour mettre fin à la fête et envoyer tout le monde à la maison. Cela a comme résultat que ce n’est pas le meilleur endroit à être si vous voulez maintenir votre pureté. Vous seriez sage d’éviter de telles fêtes. Décliner respectueusement l’opportunité d’assister à une certaine fête ne signifie pas la fin de votre vie sociale collégiale. En fait, cela peut ouvrir la porte à trouver de meilleurs amis.

Si vous avez des amis qui oscillent entre la sorte de mode de vie qu’ils désirent mener, offrez-leur des idées de choses plaisantes que vous pouvez faire les fins de semaine et qui ne les obligeront pas à prendre de mauvaises décisions. Gardez-les occupés avec de bonnes choses, et ils verront ce que la plupart des étudiants universitaires se rendent compte dans le silence de leurs cœurs: liaisons et gueules de bois ne sont amusantes comme beaucoup l’affiche.

Choisissez avec soin votre université. Considérez fréquenter une université qui va directement solidifier votre foi.

Priez en privé. Afin que vous puissiez conserver votre foi, vous aurez besoin de devenir plus discipliné dans votre vie de prière. Commencez maintenant avec une routine de prières du matin et du soir. Ainsi, vous aurez pris une bonne habitude pour amener avec vous à l’université. Aussi, demeurez proche de Notre-Dame. Ayez en tout temps votre chapelet dans votre poche! Vous serez surpris combien souvent il vous fait penser à prier. S’il y a une chapelle d’adoration eucharistique près de votre institution, prenez l’habitude d’y rendre de fréquentes visites. Une heure sainte hebdomadaire serait en bon endroit où commencer.

Priez en public. N’arrêtez pas d’aller à la messe et au sacrement du pardon. Il y a une bonne raison pour laquelle la Bible nous exhorte de ne pas nous éloigner de l’assemblée de foi (Hébr. 10,24-25). Nous avons besoin de soutien.
Défendez-vous. N’ayez pas peur de défendre votre foi en classe et en dehors de la classe. L’on vous mettra à l’épreuve par plusieurs nouveaux moyens, mais Dieu permet une telle purification afin de vous rendre plus fort. Vous aurez peut-être besoin d’apprendre comment défendre intellectuellement votre foi et votre mode de vie comme jamais auparavant. Donc, utilisez des ressources de références comme ‘Catholic Answers’ (catholic.com) quand vous aurez besoin de trouver les vraies réponses aux questions difficiles sur la foi.
Lisez de bons livres. Apportez des livres saints à l’université. Pour commencer, vous voudriez peut-être lire ‘Pure faith, How to Stay Catholic in College, et The Way.’ Aussi, prenez l’habitude de lire chaque jour quelques chapitres de la Bible.

Ne commencez pas à sortir avec l’autre sexe dès le début. Résistez à la tentation de sauter dans une relation romantique tout de suite. C’est plaisant de rencontrer de nouveaux visages quand vous arrivez à l’université, mais prenez le temps de vous y installer. Apprenez à connaître les autres comme amis longtemps avant que vous pensiez à sortir avec lui ou elle.

Demandez ce qui vous manque. N ‘oubliez pas que foi est un don de Dieu. Demandez chaque jour le don de la foi, et il vous sera accordé. Si vous manquez de courage, demandez cela. Si vous manquez de pureté et de conviction, demandez aussi ces vertus. Selon les paroles du Christ, “Demandez et vous recevrez; cherchez et vous trouverez; frappez et l’on vous ouvrira la porte. Car tout homme qui demande reçoit, celui qui cherche trouve et l’on ouvre la porte à celui qui frappe. Si l’un d’entre vous est père, donnera-t-il à son fils un serpent alors qu’il lui demande un poisson? Ou bien lui donnera-t-il un scorpion s’il demande un œuf? Tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants. À combien plus forte raison, donc, le Père qui est au ciel donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent!” (Luc 11,9-13).