La Foi

Les gars du Bon Dieu

Estimez-vous que la religion ne soit pas pour les hommes? Laissez-vous votre femme «s’occuper des affaires de la religion» ou «aller à la messe pour nous deux»?

Si tel est le cas, n’allez pas trop vite, parce qu’à vrai dire, le bon Dieu, c’est pour les gars.

Bien sûr, il est vrai que les femmes sont plus nombreuses que les hommes à assister à la messe paroissiale. De même, le prêtre est plus souvent qu’autrement entouré de femmes, que ce soit pour servir la messe, effectuer les lectures ou distribuer la communion. De leurs bancs, les gars peuvent se demander quelle place ils pourraient bien y occuper. Parfois, l’homélie n’aide pas vraiment, lorsqu’on y aborde l’amour et la paix, tout en n’abordant que rarement ces questions avec lesquelles les hommes doivent composer chaque jour tant au boulot qu’au foyer.

Mais qu’est-ce qu’un gars peut faire? La réponse: se montrer solide et s’engager.

1.  Être un modèle de chrétien fort pour vos enfants. Les sondages révèlent que l’engagement religieux de leur père est la clé du développement moral et du caractère de ses enfants.

2. Être un homme d’action. S’il semble que la paroisse est menée par les femmes, soyez l’homme de plus dans le banc à l’église avec votre famille le dimanche. Communiquez avec d’autres hommes de la paroisse, devenez ami avec eux et partagez vos idées et vos bons moments.

3. Être réaliste. Si vous pensez que la religion est une affaire de fleur bleue, rendez-la plus concrète et exigeante. Soyez attentif aux Évangiles en les lisant chez vous. Jésus était un homme d’amour profond, mais il n’était pas fait de sucre. Il a arrêté la tempête d’un seul mot, fabriqué un fouet pour chasser les usuriers du Temple, chassé les démons et il s’est même mesuré avec le diable dans le désert. Imaginez, il a réussi ce dernier exploit après 40 jours de jeûne!

Il a souffert des tortures insupportables en portant sa croix au Calvaire, comme on peut le constater en visionnant le film de Mel Gibson intitulé La Passion du Christ. À la fin, il a sauvé le monde. Peut-on se montrer plus homme que cela? Si cet aspect du message de Jésus ne nous rejoint pas, c’est peut-être que son image a été atténuée pour mieux passer dans la population. Attention de ne pas rejeter la religion chrétienne avant même de l’avoir expérimentée en tant qu’adulte.

4. Devenez un héros. Peut-être n’êtes-vous pas encore tout à fait prêt à suivre Jésus à la trace. Après tout, il était Dieu, et ce, même lorsqu’il effectuait son parcours sur la terre en tant qu’homme. Apprenez à connaître les hommes qu’on appelle les « saints ». Ils sont des modèles parfaitement humains qui ont vécu ce que l’Église appelle « l’héroïcité des vertus ». Autrement dit, ils ont été des héros, c’est-à-dire des gars du Bon Dieu!

Peut-être pourrez-vous difficilement vous rapprocher des moines du VIe siècle qui Marchaient pieds nus sur des tisons ardents. Mais que penser du prêtre du XXe siècle qui, arrêté par les nazis, a pris la place d’un prisonnier juif et qu’on a finalement dû empoisonner par injection parce qu’il refusait de mourir de faim, de fièvre et de chaleur? Il s’appelait Maximilian Kolbe, le saint d’Auschwitz. Avant d’affirmer que la religion, c’est pour les poules mouillées, repassez en revue les éléments de sa vie et de sa mort.

C’est vrai, la plupart des paroisses ne proposent plus ces homélies ou ces retraites pour hommes faisant état de « la fin du monde » et dont nous parlaient nos pères et nos grands-pères. Plusieurs n’organisent plus les processions de la Fête-Dieu avec des hommes portant la croix et le baldaquin à travers les rues. C’est dommage et, qui sait, peut-être le vent va-t-il tourner dans l’autre direction.

Cependant, il y a seulement une manière de faire votre part. C’est d’aller vous confesser, si vous le devez, et de vous rendre à l’Eucharistie avec votre famille le dimanche. Probablement que la paroisse n’en sera pas transformée. Vous, votre femme et vos enfants évoluerez cependant pour le mieux et, espérons-le, pour de bon.