PROTECTEUR DE LA VIE


Le Père comme protecteur

par James B. Stenson

Comment quelqu’un s’y prend-il pour protéger sa femme et ses enfants?

Abordons d’abord cette question en examinant la masculinité de l’homme, caractéristique distinctive de tout homme adulte normal.

Les hommes ne sont pas comme les femmes. Ils sont de fabrication différente, leur cerveau ne fonctionne pas de la même manière. Ils ont des instincts, des attitudes et des forces physiques qui leur permettent de rendre des services exigeant d’être inflexibles et de se sacrifier pour les personnes qui comptent sur eux pour survivre, c'est-à-dire avant tout, leurs familles.

Formées depuis l’enfance, toutes les caractéristiques de la personnalité d’un homme adulte peuvent être orientées vers un seul objectif important de la vie: la protection.

Parmi ces attributs particuliers de la personnalité d’un homme adulte, on remarque la musculature, la volonté, l’endurance, l’esprit de compétition, l’agressivité, et la confiance en soi, le penchant de l’esprit pour les mathématiques et la capacité d’abstraction, le goût pour la planification stratégique et la manipulation des objets concrets, le sens développé de la justice et de la conduite morale.

Apparemment, grâce à la nature, les hommes sont doués de capacités physiques et mentales nécessaires pour protéger leurs êtres chers. L’instinct de protection contre le danger se trouve au centre de la masculinité de l’homme et cet instinct constitue une force extrêmement puissante.

La protection parternelle se présente de plusieurs manières importanes.

    1. Tout d’abord, un père de famille consacre ses qualités d’homme à protéger sa femme de quiconque voudrait la menacer.

Il semble qu’instinctivement, les hommes cherchent à protéger d’agresseurs étrangers, les femmes dans leurs vies – leur femme, leur mère, leurs sœurs, leurs filles. Par exemple, si un homme est en compagnie de sa femme dans une foule et qu’un étranger se tourne vers elle pour s’adresser à elle en colère d’une voix forte, le mari se porterait aussitôt à sa défense. L’adrénaline envahirait son sang, ses muscles deviendraient tendus et sa première impulsion serait de défigurer l’agresseur. Aucun homme qui se respecte ne laisserait, sans rien faire, un homme manquer de respect envers sa femme. Au contraire, il viendrait rapidement à sa rescousse.

Vivre en paix, dit-on, c’est lorsque les autres nous laissent tranquilles. Tout au cours de l’histoire, le père de famille se tenait dans la porte de son foyer en signifiant au monde entier, pour ainsi dire: « Laissez-nous tranquilles… Laissez ma famille tranquille ».

    2. Lié à cette protection physique se trouve un autre aspect de l’instinct protecteur de l’homme et que les pères de nos jours trop souvent n’arrivent pas à saisir. Un homme ne permet jamais que quelqu’un profère des menaces contre sa femme – pas même leurs propres enfants. Une des plus importantes tâches d’un père revient à protéger sa femme de leurs enfants, de leurs impolitesses, leurs désobéissances effrontées et leurs agressions impulsives. Cette protection est surtout importante pour sa femme lorsque les enfants sont petits (moins de 7 ans) et plus tard durant l’adolescence. Aucun homme ne tolérera que quelqu’un manque de respect envers sa femme, y compris – et même surtout – au foyer.

    3. Un homme défend sa famille également grâce au salaire qu’il gagne.

C'est-à-dire, il ne fait pas que pourvoir pour sa famille, il la protège de la pauvreté. Il en prend soin, voyant à ses besoins en leur assurant toit, nourriture et vêtements. Lorsque papa a un emploi, la famille se sent en sécurité. Même dans un foyer à deux revenus, il semble que les enfants ont le sentiment que c’est papa qui pourvoit à leurs besoins, et que c’est lui d’abord qui assure la protection de la famille.

    4. De plus, Il protège ses enfants des forces qui les menacent ici et maintenant: les stupéfiants, les jeunes durs, les criminels, les agresseurs de toutes espèces et des désastres possibles provenant de leur manque d’expérience et de leurs erreurs irréfléchies (comme se précipiter dans une rue passante ou jouer avec des allumettes).

Par exemple, si un père s’apercevait par la fenêtre du salon qu’un étranger était à causer avec sa petite fille en l’attirant en douceur à l’écart, il s’empresserait à se porter à sa défense en passant la porte à toute vitesse, se dirigerait à grands pas vers l’étranger, et le confronterait en lui demandant ce qu’il veut. Muscles tendus, il se tiendrait entre sa fille et l’agresseur éventuel, lui servant de bouclier protecteur.

Ou encore, lorsque sa fille-adolescente attend un jeune homme lors d’une sortie, le père prend tous les moyens pour prendre la mesure du jeune homme qui accompagnera sa fille. Il veut le rencontrer -- il insiste même pour le rencontrer – le fixer des yeux et, se servant de son intuition, toiser ses intentions et sa qualité d’homme. Tout père s’estime obligé d’évaluer tout jeune homme qui s’approche de sa fille. Il semble se passer un message discret entre les deux hommes: « C’est ma fille. Prends-en bien soin, jeune homme, ou bien… »

    5. Mais le plus important – et d’une importance cruciale – tout père protège ses enfants en consolidant leur caractère pour que, plus tard, ils sachent se protéger eux-mêmes. Dans la vie de ses enfants, il affirme son aimante autorité pour en faire des adultes responsables et compétents.

Le père a comme mission, et c’est le défi qui fait ressortir ses meilleures caractéristiques, de former ses enfants aux habiletés et aux attitudes dont ils auront besoin pour réussir dans la vie, de leur assurer la force nécessaire pour que, plus tard, ils puissent se protéger eux-mêmes et leurs êtres chers. Ainsi, aux yeux de ses enfants, un père digne de ce nom se présente en chef et en maître. Ses leçons formatrices et protectrices sur le bien et le mal survivra dans la vie intérieure de ses enfants et ce, longtemps après qu’ils auront quitté le foyer paternel, voire longtemps après que lui, le père, aura reçu sa récompense éternelle. Un père digne de ce nom ne cesse jamais d’être père, car il continue d’être grand dans les cœurs de ses enfants.

Le présent article est extrait de Father, the Family Protector (Le Père, protecter de la famille), par James B. Stenson, chez Scepter Publishers ou en ligne à www.parentleadership.com. La version française est établie par le Conseil sujprême des Chevaliers de Colomb.